UA-72575656-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le monde en marche - Page 7

  • Au Luxembourg, toujours plus d'habitants et toujours plus de navetteurs

    Le Luxembourg est un pays petit par la taille, mais plein de surprises. C'est à la fois le plus petit pays de l'Union Européenne avec Malte et le pays le plus riche par habitant. C'est également le pays dont la population croit le plus vite, et le pays le plus multilingue du continent avec pas moins de 3 langues officielles (Le Luxembourgeois, l'Allemand et le Français) et une quatrième, le Portugais, qui fais parfois office de langue véhiculaire.

    Bien que la langue nationale, le Luxembourgeois, soit une langue germanique, c'est bien le français qui fait office de langue la plus parlée par les administrations et les entreprises du pays, de par la présence de nombreux immigrants et frontaliers.

    Les statistiques du Luxembourg ont publié un rapport en décembre dernier qui décrit les phénomènes migratoires au sein du pays :

    http://www.statistiques.public.lu/fr/actualites/population/population/2015/12/20151204/FRresumeOPEMI.pdf

     

    Lire la suite

  • La Côte d'Ivoire en route vers l'émergence

    Depuis la fin de la guerre civile la côte d'Ivoire connait une stabilisation sans précédant de sa vie politique, culturelle et économique.  Depuis plusieurs années elle connait des taux de croissance sans comparaison en Afrique de l'ouest qui frisent voir dépasse souvent les 10% annuels, ce qui permet aux projets d'infrastructures de se développer et à une classe moyenne d'émerger.

    Ouverture de centres commerciaux, développement de centre d'affaire, réouverture et rénovation des universités, développement des liaisons aériennes et ferroviaires avec les pays voisins... tout semble réussir à la Côte d'Ivoire comme l'atteste une petite revue de presse sur les atouts et les prochains défis à relever pour le pays.

    Lire la suite

  • Une initiative ambitieuse pour soutenir le monde de la musique : la souterraine

    Depuis quelques mois un nouveau label indépendant et résolument à la pointe a émergé dans le monde de la musique : http://souterraine.biz/. Ce n'est pas une mince affaire tant le monde de la musique a été en difficulté par l'arrivée du numérique et la chute des ventes des albums. Il est également de plus en plus difficile pour les jeunes musiciens d'obtenir des passages à la radio et à la télévision, tant le conservatisme des institutions en place est grand.

    Le Huffington post a publié un article sur l'émergence de ce label qui ose la diversité, tant en ayant une ambition mondiale avec des branches sur plusieurs continents : 

    http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/01/07/la-souterraine-musique-independante-francophone-_n_8933404.html

     

    Il y a deux ans, une fée marraine s’est penchée sur le berceau de la pop francophone « underground ». La Souterraine, plateau protéiforme né en France à l’initiative de deux hérauts, rendra visite à Montréal le 15 janvier prochain, au Divan Orange, à l’occasion de la deuxième édition de son festival.

    L’histoire débute en 2014 à Paris. Laurent Bajon et Benjamin Caschera, animateurs bénévoles de feu l’émission de radio Planet Clair, unissent leurs forces de documentaliste pour le premier et d’attaché de presse et fondateur de l’étiquette Almost Musique pour le second et créent La Souterraine, collectif fêtard, curieux et activiste. L’idée : mutualiser leur savoir-faire pour servir et diffuser une scène ignorée des majors, radios nationales, magazines branchés et scènes bancables du pays, braquer un projecteur sur des artistes sous-exposés. Le prérequis : exprimer sa musique dans la langue de Molière.

    « Créer un marché pour des groupes qui n’en ont pas »

    L’aventure commence avec la diffusion numérique de compilations Souterraine réunissant des groupes à 22 écoutes sur Internet autant que des artistes issus de réseaux connus soigneusement choisis sur un compromis des styles et des goûts des deux amis. Le téléchargement est libre. « On donne ce qu’on veut : il y en a qui ne donne rien et c’est très bien comme ça, d’autres qui payent quelques euros ou partagent sur les réseaux sociaux et ça aide aussi. On veut faire circuler au maximum la musique », explique Benjamin Caschera. Il donne quelques chiffres : un peu moins de 10% des utilisateurs donnent et en moyenne 0,50 (0,75 CAD) par compilation téléchargée. Bon joueur : « C’est très peu. Il vaut mieux 25 000 fois 0,50 dollar que 25 000 fois rien du tout (…) On part de rien et on construit petit à petit, on n’a rien à perdre. Les compils sont et resteront gratuites. »

    À cette base de suggestions non exhaustives se sont ajoutées les Fêtes Souterraines, soit des concerts réunissant ces artistes, des groupes qui ne se connaissent pas nécessairement, mais qui trouvent une cohérence, car un curateur les a réunis. Pour Caschera, il s’agit de « sortir les musiciens de leur chambre ». L’activité souterraine des deux garçons a amené leur plateforme après deux ans d’existence à développer des branches un peu partout en France, mais aussi à Bruxelles, Londres et Montréal. Pour ses deux ans, le STRN FST embarquera une trentaine de groupes dans 15 villes.

    Le complexe du français

    « On est autonome et ouvert, on propose des compils en téléchargement libre, on n’envoie pas des fusées dans l’espace », dit Caschera. Il n’empêche qu’avec cette structure et ce modèle qui n’a rien d’un plan d’affaires, la Souterraine participe à changer la donne pour ses protégés. L’engagement et la curiosité sans faille de Bajon et Caschera à fouiller, diffuser, partager et organiser des concerts leur a donné la figure de guides éclairés pour les médias français et programmateurs radio en quête de nouveautés.

    Pour la suite de l'article : http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/01/07/la-souterraine-musique-independante-francophone-_n_8933404.html